Publié par : grobez | 21 juin 2010

Poème footballistique – Le Corbeau et le Crevard

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un beau ragôt.
Maître Crevard, par l’odeur alléché,
tenait à connaître les gros mots :
« Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
Voici un peu de blé ! Racontez le ragôt!
Sans mentir, si votre histoire
Se rapporte à l’équipe de foire,
Je vous promets encore plus de lingots.  »
A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;
Et pour montrer sa bonne foi,
Il ouvre un large bec, laisse tomber Anelka :

« Va te faire enculer sale fils de pute » a-t-il dit au patron

Le Renard s’en saisit, et dit : « Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout râgoteur
Vit aux dépens de celui qui l’écoute :
Cette leçon vaut bien une première page, sans doute.  »
Le Corbeau, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, que ces joueurs, il ne les reprendrait plus.

Grobène Saccomano

Publicités

Responses

  1. Teès bien grobez.
    Aussi bien que les premiers billets ^^


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :